Afrique, Ifrikya (Un Slam pour L’upaf..de la part de Regaf)

Slam Oualikoum

À ceux qui nous demandent de maîtriser la langue de Voltaire  avant de songer à un hypothétique permis de séjour, permis de travail, permis de souffrir, permis d’être exploité  jusqu’à la moelle.  A ceux qui vendent des armes à nos enfants pour qu’ils s’entredéchirent (là bas) tout en demandant à ce qu’on cesse de vendre de l’herbe à leurs enfants (ici et ..en bas).  A toutes celles qui,  savent bien faire les yeux doux  quand elles la veulent bien dure, tout en sachant pleurer à la police lorsque elles les trouvent bien durs et (in)- intégrables.  A  ceux qui aimeraient bien pouvoir écrire comme Regafodil  L’Africano-Algérien,  mais qui jettent leurs brouillons  en guise d’éponge tout en exigeant que je m’intègre.  A toutes et à tous, n’oubliez pas mon accent circonflexe que j’ai craché de ma circonférence à l’attention de votre circonscription, afin de venir à bout de ma circonlocution et de cisailler en bonne et due forme, votre légendaire mais néanmoins fausse circonspection.

–  AFRIQUE, IFRIKYA -(Slam libertaire écrit et déclamé la première fois en l’honneur de la soirée palabre  » jeunes Africains et phénomène Hip Hop » de l’Université populaire Africaine en Suisse le 24 Juin 2009 à la maison internationale des associations à Genève. Texte: Fodil Belhadj .  Auto-production(TTAG). Voir à cet effet (www.ttag-regaf.ch)  ainsi que (www.upaf.ch).

Drapeau algérien

Afrique, Ifrikya!

Belle d’ indolence, dans ton hamac (tu) te balance, ton corps se penche et s’allonge tel un fin vaisseau fait pour voler, mais qui toujours PLONGE!

Afrique, Ifrikya  ma terre mère, ta vocation était de me venir en aide.  Hélas, de tes enfants  de ta chair et de moi-même, tu te DÉGAGES!

Chérubins, jeunes femmes  jeunes hommes  pauvres diables, à l’épreuve de la vie et des humains SUFFRAGES!   Ils se ruent sur la vie à la vue de la rue…SARCOPHAGE!

Tes enfants de demandent des comptes car ils comptent à rebours, leurs funestes ENGRENAGES!

À l’aube de leurs vies, ciel azur à leurs vues, l’existence leur paraissait, (tel) un heureux…PRÉSAGE!

Mais telle une tige détachée, pauvre feuille desséchée, la promesse de leurs vies à leurs vues, se mua en…CARNAGE!

Afrique, Ifrikya, quelle est cette douceur qu’ils appellent de leurs voeux à l’aurore de tes jours, les touristes…sur ton SILLAGE!

Et qu’est donc cette douleur singulière qui m’étreint aux tréfonds, lorsque mes pas me mènent à la rue de la Coulouvrenière, en lieu et place des…VOLONTAIRES!

Sont- ce  là bien tes enfants ? ..Reniés de leurs  verts PÂTURAGES!

À Genève,  un million pour « une pute »(dixit Stern avant de mourir assassiné par une escort-girl) et des poussières pour tes braves vendant les affres de la verte à …PÉAGE!

Mais c’est quoi ce gris-gris que t’as mis dans ma vie à la vue de mes yeux, en témoins  OCULAIRES!

De leurs rixes et bagarres, pour une fille pour une femme, pour du shit  ils se shootent  de leurs peine..DÉLÉTÈRE!

L’orage a frappé le chêne qui me tient en haleine, à la pensée de mes frères et à leurs statuts…MUSELIÈRE!

Afrique, Ifrikya: Ne vois-tu?   Tes enfants noirs sont dehors sous la pluie, de la musique pleure de leurs yeux…PROLÉTAIRES!

Quand dedans d’autres noirs triturant les platines pour un jeune public,  ge ne vois, blancs et blêmes sans problèmes car futurs…DIGNITAIRES!

YO!  Je te chuchote frère, à ton ouïe je te souffle du courage qui insuffle et ..SOULAGE!

 ma manière, sur ta bannière. De ma lanière à ta tanière. Mets ma matière sur ta lumière.  De leurs barrières à leurs frontières…IMAGINAIRES!

Afrique, Ifrikya. Et que vogue ta galère, depuis Rosa Parks tout les sièges de la vie à la vue de nos ombres, nous deviennent RÉFRACTAIRES!

Mais qu’importe!  Le mektoub je l’écris le décrie puis le corrige, tentative titanesque  d’esquiver son emprise.

Précaires de nous, précaires de tout, dignité debout! Allez saute à mon cou saute à mon bras, on a une course de fond et d’obstacles…À FAIRE!

Afrique, Ifrikya indomptable tu es , n’aie pas peur je n’en ai cure , cœur à rien,  mon père n’est plus…(rien) et depuis lors je suis comme toi: Inconsolable…ma PANTHÈRE!

Fodil Belhadj.

by Qilinmon (lic. creative commons sa)

by Qilinmon (lic. creative commons sa)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :