Archive for janvier 2013

Le Slam du petit-fils des « Fellagas » et des « Bougnouls ».

23 janvier 2013

Et ils ont traité mes ancêtres de « Bougnouls ».  Les plages d’Algérie interdites aux Arabes et aux…. Chiens.
Et today voila qu’ils veulent être mes amis, toc toc toc « Je suis née ici à Oran et je voudrais visiter votre maison car j’ai vécu
ici (  des larmes de crocodile coulant sur sa figure ) puis-je ? Et Rachida Belbouri de rétorquer : « Oui avec une lampe sur ta gueule ou sans?
Avec des fils électriques à tes pieds  ou sans? Avec Massu ou sans ? Avec Aussaresses ou sans? « Et pourtant elle la laissa entrer et lui servit
un café! Comme une énième erreur de L’Histoire.
Et Malik depuis la Suisse « Ne vois-tu pas les loups maman? Ne vois-tu pas?  »   (in Le Roman des Maures) prochainement sur vos écrans
en hommage à nos écrins!

                     – Le Slam du « Bougnoul »-
A l’agonie de mon ancêtre torturé dans son dernier souffle, il a craché écrit de son sang sur le mur, le Français m’a « tuer » !
Un siècle 32 années de mission civilisatrice, à l’apogée de vos ancêtres complètement complaisamment  complices .
Faites pression, pressons prestons pour le prestige de l’extinction ! Voila les vestiges qu’exigent toutes vos actions .
Aucune distinction ! Tuez-les tous ! N’avaient-ils pas dit que le diable ne reconnaitra jamais personne en question .
En cas de litige on te calera dix piges à l’ornière de tes ombres, et de tes ancêtres cerceaux.
La vie est belle et bancale tu piges? Le monde se fout que tu sois hooligan voleur vandale,vendeur de meubles ou serveur de pisse à la paille
dorée de ton patron .
Respire ! Un coup de bise à Genève c’est froid et tu comprendras la secousse tellurique à la bise de la joue de la dulcinée si belle…
…J’oserais un jour tu crois? La faire jouir c’est sûr et certain, mais c’est pas certainement sûr que j’irais jusqu’au bout.
Bienvenus sur mes terres arables ou rien ne pousse ni repousse, ni rime ni rame que du son roots, des rivières pourpres et du sang rouge.
Des bananes en guise de majeur du droit de ton doigt mineur si droit qui vote à gauche, quand l’extrême droite à son extrême , sur les minarets sur la mosquée, sur mes « bougnouls » et mon Islam, me cotoye.
Un bon bol d’air sur mon dos, du bonheur sur ton temps libre puisque c’est mon temps pris que sur mes enfants t’as pris .
Et voila que tu tousses à l’idée idéale de l’Aid el Adha ,aux égorgements rituels hostiles à ton écolo-fibre .
Et que mes écrits prospèrent car vois-tu ici la vie nous tue tous.
Semonces en jachère sur les Artistes à terre…. à la vue de vous tous!   ( Le Tag ) .
Ce Slam est dédié à Abdelmalek  Belhadj  dit  « Malik » , un héros de la ville d’Oran ( parmi tant d’autres!) assassiné par l’Armée Française en 1957 lors de la guerre d’indépendance Algérienne.

(Fodil Belhadj Journaliste-Slameur Algérienne) . le 1er Novembre 2012.

Le Slam de l’Homme Noir

23 janvier 2013

François Hollande

Photo Parti Socialiste (licence Creative Commons)

MOI  PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE….JE FERAI LA GUERRE EN AFRIQUE…Et tromperai ma femme ! (Le pire c’est qu’ils l’ont élu les cons) : SLAM DE L’HOMME NOIR

( Fodil Belhadj Journaliste-Slameur Algérien) .

Allah le tout puissant, protège-moi des femmes et des hommes de gauche! Quant à leur droite: JE M’EN CHARGE!
Fodil Belhadj (Journaliste-Slameur Algérien) dans une déclinaison de : Mon dieu protègez-moi de mes amis, quant à mes ennemis je m’en charge.

( En hommage à Frantz Fanon de la part de toute L’Aldjérie qui ne t’oublie pas! Jamais on t’oubliera car tu es notre
Histoire, et nous sommes le prolongement de ton Histoire).

Merci à la Martinique d’avoir  enfanté des hommes de cette RACE!

Les deux index au ciel, je sais que tu me vois ! Car je crois aux Ancêtres, dans le monde invisible aux Toubab de Sarko, sache que 50 ans plus tard c’est ton Algérie qui a gagné.
Et ta prophétie sur « Les Damnés de la terre  » s’est réalisée! Y’a plein de Noirs partout en Europe, y’a plein d’Algériens partout et surtout the last but not least : Y’a quatre Noirs à la maison blanche. Je te jure (tu me crois ou pas?) y’a le président ( Noir) y’a la première Dame (Noire) et leurs deux adorables petites filles (toutes Noires). Quant au nain qui a osé t’affronter c’est pas grave Fanon
il est macqué à une prostituée bénévole qui se prend pour une artiste. Elle t’aurait adoré …! Place au Slam de l’homme Noir. Salam Frantz Fanon.

A L’homme Noir dans toute sa splendeur, à l’homme Noir dans toute sa grandeur, sa noblesse et à ses valeurs.
De Kunta kinté à Toussaint, à l’ouverture des enchères l’homme Noir est entré dans ton Histoire par la porte exit, l’homme Noir s’est effiloché sur la citadelle
de la civilisation exhibe.
Ensuite l’homme Noir a-t-il pris l’avion dans la soute à bagages, en témoins oculaires les Algériennes avec lui pour l’Histoire, sur le damier à donner à l’évidence
l’histoire ne restera pas sans suite!
Bienvenus petits frères, Frantz Fanon l’a souscrite lorsqu’il vous a cité un demi-siècle en arrière « Damnés de la terre » tel était le nom du script .
Welcome dans la forteresse vous êtes désormais captifs! Koi keski ya  pourkoi tu pleures  ta mère? Ne sais-tu pas que cela s’appelle l’exquis Exil !
Car dans cette Histoire y’a toute l’histoire de la parole des hommes libres (Imazighen), à la différence de vos différends si différents et déférente la
déferlante à l’optique de nos engagements antiques.
Alors dis-moi Frantz Fanon depuis la nuit des temps c’est ainsi? Qu’au jour le jour de nos luttes intestines, on perçoit la vie de celles et de ceux qui piquent.
….Notre argent à l’agonie des comptes numérotés et à l’angoisse des couples de voleurs pour cet argent….Enculotté !
Ainsi donc chantons à l’Amour qui laboure vos sillons et embourbe jusqu’au cou , de la boue de la mer sur la barque de la mort si amère en barquette.
A L’Émir de mon bled qui emprunte citations alambiquées à de sages préceptes. Au cœur sans voile inerte, et alerte à nos corps si alertes.
A l’endroit même et contre toute attente, sans trêve demeure la verte pour l’espérance malgré toutes tes atteintes.
Élève, élève à l’aide de ta sagesse appelle à l’aide et relève de ton aile gauche, à l’entraide de tes congénères humaines qui relèvent l’absence de ta
solidarité humaine…Si faible.
Et en cette allée Savoise ruelle si laide, emplis de gens très bien. Mais tellement raides à l’image de leurs aieux et de leurs colonisateurs ancêtres.
L’Afrique se meurt de meurtres à la mesure de leurs fosses et grottes minières, dans la mesure de la centrale plate-forme pétrolière.
Ainsi soit-il sur la mesure subalterne : Alterne le haut et le bas et abrège sur l’agonie de celui qui fut surement, ton ancêtre !
Mesure tes mots à la mesure de tes envies de rêves, car le mal est si vite importé à l’emporte pièce, rappelle-toi Kigali « Sometimes in april »  « Je vous parle d’un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaitre » à la funeste saison venue des pluies et de la machette.

Azawad Islamique ? Laisse moi rire! Le milan du Mali et le Mali a mille ans. Le royaume des Dogons la patrie des griots, Tombouctou à nos trousses et nos tripes à Gao !
Étendus à l’envers à l’encontre de nos croyances singulières. Ifrikya mon Amour te laisse pas faire! Agrippe-toi  arrime-toi à mon texte actuel ,
rituel d’une pratique ancestrale si cruelle.
Caresse-moi le visage de ta main de Fatma à Fatou la Malienne, en coup de vent siroco c’est si beau c’est superbe !

Et pendant ce temps richesses et pauvretés s’étalent à l’embonpoint de la duchesse de Genève .
Ses oripeaux de l’ordre qui désormais marchent sans queue ni tête, alors que les pauvres se maltraitent, de mes yeux vu aux fêtes de Genève
des hommes pieux du golf presqu’île Arabe, qui achètent l’amour tarifé à la mort du sexe qui s’achète, au Moulin Rouge de la honte permis d’artistes
octroyés sur set de bières à l’apogée de leurs us et coutumes si piètres.

Et ainsi de suite,suite au dernier épisode de la première saison de ta série de merde sans suite , s’ensuit à « l’insu de ton plein gré »  si leste,si traitre  à la
poésie d’Aimé Césaire jamais vendu mais premier à jamais. Puis guette me guider toutes tes prétendues contractures dettes sur le génie ancestral de mes artistes esthètes.

(Intermède instrumental complémentaire puis réenclencher sur un  free style en vrai style en conclusion outro à tue-tête )
Car mon alphabet est  Anam fi bit (en arabe je dors dans ma chambre) et commence par Exil, exel ,exelsior, léxiqual exil, l’éxonil (non merci) exoset (oui Marseille) et que ça saute, exit,explique, éclipse, excite, susciter le désir de l’Algérien sexiste? sur ce , sursis, succès ou pas mais la question à Genève demeure et subsiste sur sucer ou pas? That’s the question. Je te cite ? dis-moi je te cite ?
Alors je t’incite au Boxit, le bosquet ,la mosquée , le moloko, les minarets, le monologue , le monochrome , le monitor si monotone, succite?
Si si pas l’autre si moi, succéder puis suggérer à l’oxyde de carbone si toi , à l’homme occidental et à ses cheveux peroxydés : Suis-moi !
A la femme continentale et à ses cheuveux décolorés : Barre-toi ! A l’Algérienne et à sa chevelure si bien cachée si bien soyeuse: Sois sage! Et relis-moi
mon Frantz Fanon sur l’enjeu de nos femmes à l’ornière des convoitises. Fameux passage, chapitre quatre.
Que ta fougue reste en nous car tes lignes de luttes sont exquises .
Vas-y passe le ballon dans l’intervalle de Louverture , j’attends la balle c’est le temps additionnel  fais gaffe l’arbitre est une pute, voila ouverture
transversale, attends faut que je me démarque de la surveillance de Charles Ingalls . C’est bon c’est fait : Amorti de la poitrine, armer du genou droit .
Puis je feinte puis je shoot, du gauche dans la lucarne de ton gardien du temple et de toute ton Histoire à dormir debout emplie de rouge sang
et de rivières pourpres.  Fin !

Fodil Belhadj. Journaliste-Slameur Algérien.