LES MOTS, L’AMOUR ET L’ENFANCE ! de Sofiane Belbouri (R.C.G.O)

De Fodil Belhadj (Journaliste-Slameur Algérien) .

Poète comme il n’y en a point plus en Algérie (la scène Algérienne étant occupée par les laudateurs du régime et bouffons du Roi en attente d’une situation sociale, du même ordre que les « artistes » Égyptiens appuyant un coup d’État contre leur propre peuple) Sofiane Belbouri fondateur du Rawaât el Chiir el Gharbi el  Wahrani (R.C.G.O) ( la splendeur de la poésie west Oranaise) nous conte les aléas des mots de l’amour et de l’enfance.

Les mots

Mes mots m’ont poussé à les embellir
Pour que je puisse tout te dire, car ton aval sera mon point de mire
Viens voir comment et ou la cible doit s’élire
Atteinte! Cela sera mon cœur qui se déchire
« Victoire » criera l’heureux gagnant pour lequel tu ne seras qu’un butin de plaisir
Frapperas-tu mon nom et mon prénom d’une simple rature ?
Radiant de ta mémoire toute trace de mon souvenir
Qu’importe !
Je me ressens assez mûr pour l’ouïr dire .
Sofiane Belbouri à gauche. 20 ans d'Exil et l'on se tient toujours par la main  khouya

Sofiane Belbouri à droite. (Label RCGO)

L’amour

Par un furtif hasard
Yeux hagards
S’abaissèrent sur sublime jeune fille aux traits fins
Me laissant sur faim
Démuni de prés
Au temps présent et après
Te voir si vivante m’essouffle de fatigue apaisante
D’apparence je pris la plus plaisante
Des sourires au féminin, le tien s’improvise précieux
Des beautés de séduction, me conquit ton air mou et paresseux
Du bonheur je n’incarne qu’une once, évanouie
Des rives de l’amour je ne reflète qu’une herbe enfouie
Au devant de toi t’attend, la vie à bras ouverts
Car ce qui me suit est un passé amère
fait de faste insolence et en vain , si vaine indolence
A ton âge gras tout est à part
Des écarts qui nous lient et un rien nous sépare
A certains fous il est sage d’éviter tout regard
A certains « sages » il est fou d’avoir un seul égard

L’enfance de mon enfance.

Cette constance de parfum d’insouciance, cette séquence de fantasque somnolence, cette séance de bourdes châtiées de clémence.
Cette errance de l’âme vêtue de confiance, cette jouissance d’amour sans repentance, cette plaisance du temps qui coule par cadence.
Cette vaillance de l’esprit soucieux de brillance, cette ambiance de joie et d’intime préférence, cette puissance de contrastes éludés en silence.
Cette ambivalence de l’être et de ses primaires méfiances, cette danse du ventre au périple connu d’avance.
Oh mon enfance !
Régence d’un monde de bienveillance, fluorescence de mûres et si vertes connivences.
De Sofiane Belbouri ( Rawâat el Chiiir el Gharbi el  Wahrani ) . Label R.C.G.O
A Venir du même auteur : Les percussions du silence. Les couleurs et Lettres de peines à Malik .
 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


%d blogueurs aiment cette page :