Archive for the ‘Articles’ Category

L’ÉTAT SAUVAGE

26 novembre 2015

 …Nous prenons à témoins les vérités occultées pour avouer enfin,

que ce n’est pas l’éventail de Hussein-Dey qui amena l’armée de

France aux portes d’Alger , mais c’est à la cupidité vénale de la

république des « droits »…, que revint la grâce d’imposer aux

Maures et Berbères le choix subtil entre : Mourir et périr « 

Cheikh Belbouri Sofiane, Poète Algérien  fondateur du label littéraire numérique : RCGO  :  Le Poème de la Croix (Rouge Sang)
(A lire sur Regards Africains , numéro du 25 avril 2015)

NDLR : L’ÉTAT SAUVAGE, titre illustrant le document audiovisuel, extrait des travaux du Cinéaste Français, René Vautier : « Déjà le sang de Mai ensemençait Novembre ».
A propos du mobile du crime colonial et les motivations, ayant conduit la France à l’invasion de l’Algérie. En projection complète sur Regards Africains Télévision.

Le Slam du Bougnoul. Fodil Belhadj (TAG)

Poésie Performance de Cheikh Belbouri Sofiane en direct d’Oran et en live à la Makhno de Genève. Into Algerian Night Hip-Hop le 10 avril 2014.

One Two Three jusqu’à l’agonie !

8 juin 2014
Pendant que des centaines de milliers de jeunes Algériens vivent sous le joug de la junte militaire et de la chaise électrique de Bouteflika (un contemporain d’Adolf Hitler qui dirige un pays ou 85% de la population a moins de 50 ans).
A l’heure ou les prisons Suisses comptent dans leurs contingents, des centaines de malheureux sans papiers, dont le crime, en amont, est d’être nés en Algérie, voila donc l’équipe nationale de l’Algérie (Française) qui débarque à Genève (aujourd’hui 29 mai 2014) pour préparer la coupe du monde devant se dérouler au Brésil .
Composée de Français n’ayant pas assez de talent pour postuler à l’équipe de Didier Deschamps, ni assez de vocabulaire pour compter en Arabe  jusqu’à cent.
Les voila avec leur accent Toulousain (chan-tant ) ou leurs onomatopées (yo yo, wesh wesh) de la  Seine-Saint-Denis, débarquant de leur avion pour représenter l’Algérieà la coupe du monde de football.
Importés à coups de millions de francs suisse, comme tout le reste d’ailleurs, à défaut de les investir dans la formation de joueurs Algériens, les re-voila tels des mercenaires allant au pays de la samba du football et du transgenre, pour représenter un pays, un peuple, qui ne le leur a jamais demandé à vrai dire.
Les Algériens voulaient voir Beldjilali, Belaili, Ferhat (je sais cela ne doit pas vous dire grand-chose , mais ce sont les Stars de notre championnat national) jouer pour eux, les représenter.
Mais que nenni ! Marginalisés, priés d’aller voir ailleurs comme tous les Algériens, ils participeront aux matchs de leur propre équipe nationale, sur leurs canapés !
Cela ressemble fort à une malédiction ! La malédiction de l’Armée Algérienne, qui nous aura décidément tout pris, de notre Football jusqu’à nos vies !
Alors que vogue la galère des galériens, et One two three (bien sûr) jusqu’à l’agonie.


Fodil Belhadj, Journaliste-Slameur (Théâtre Algérien de Genève ). TAG
Regards Africains, 15 , rue des Savoises, 1205 GE .

 

 

( www.youtube.com/user/RegafTV) ( www.regafodilwordpress.com) (www.upaf.ch)

Lettre au peuple Syrien

21 août 2012
Cher peuple Syrien, « Je me souviens comme si cela datait d’hier » Mouloud Feraoun (Le fils du pauvre), 188 députés Algériens élus, mandatés, désignés, nommés, chargés par leur peuple de légiférer en son nom. C’était il y a de cela plus de 20 ans – un temps que les plus de 70 ans doivent surement connaitre,  tel le vieux Ibrahimi mandaté par L’ONU pour te venir en aide cher peuple Syrien – Et puis plus rien! (malheureusement il n’y ‘avait pas encore de téléphones portables pour filmer les exactions de l’Armée Algérienne) La championne du monde des Armées lorsqu’il s’agit de faire la guerre à son propre peuple. Enfin plus maintenant vu les performances de l’Armée du levant, l’algérienne n’est plus que vice-championne du monde.
Alors lorsque tu verras Ibrahimi (l’envoyé spécial de L’Onu) cher peuple Syrien, prière de lui rappeler les 200 000 victimes de mort violente, les 13 à 20 000 disparus sans laisser d’adresse dont son régime est comptable. (Monsieur Ibrahimi a été ministre des affaires étrangères d’un gouvernement illégitime et illégal nommé par un quarteron de généraux).
Et quand il voudra te feinter en te disant que le Qatar, l’Arabie Saoudite et l’Occident sont derrière tout ce qui se passe en Syrie, en bloc tu lui tacleras ses gencives pourries, en lui rappelant l’improbable République Arabe Sahraouie Démocratique (sic) derrière laquelle lui et son régime honni, ont voulu embarquer le peuple Algérien pour agresser son voisin Marocain. (Cela n’a jamais marché!) car le peuple Algérien voyait bien le jeu venir de loin et n’a pas adhéré. Par contre il attend toujours ses dirigeants élus, dont l’envoyé de L’Onu n’est point, prière de le lui rappeler cher peuple Syrien.
Lorsqu’il te parlera de la magnifique laïcité (sic) du régime Syrien mise en danger par les « intégristes insurgés », narre-lui le non moins magnifique conte des mille et une nuit d’enfer qu’aura connu le peuple Tunisien sous le règne de sa dulcinée laïque. Je sais de quoi je parle, je vis dans un pays ou il est plus grave d’être musulman que membre de l’ordre du temple solaire ou d’une quelconque secte d’illuminés notoires. La Suisse n’appliquant sa laïcité qu’envers les musulmans, sache qu’en fait c’est par « Au nom de dieu tout puissant » préambule de la constitution Suisse qu’ils ont interdit aux musulmans de construire des lieux de cultes dignes de ce nom. (facteur atténuant, la plus part des électeurs Suisses que j’ai eu personnellement l’occasion de sonder ne connaissent pas leur constitution. Circonstance aggravante, ils ont voté contre les minarets guidés par leur Islamophobie incontestable).
Si malgré tout, Ibrahimi insiste sur le Socialisme radieux (si cher à ses yeux n’est-ce pas?) qu’aura construit la Syrie en tant que régime unitaire Arabe, répondez-lui par l’internationale. Pas la chanson mais l’organisme, le syndicat du crime ayant eu en son sein tous nos dictateurs, siégeant au coté des « humanistes blancs ».  Mon dieu protégez-moi des femmes et des hommes de gauche blancs, quant à leur extrême-droite je m’en charge!
Enfin si par miracle il lâche prise et laisse son allié Bachar tomber entre tes mains, sache que c’est parce que tu auras remporté la victoire. Et sur le plan de la guérilla puisque l’armée Syrienne l’aura voulu, et sur le plan politique et diplomatique, car l’envoyé spécial de L’Onu l’Algérien Ibrahimi a bel et bien un cahier des charges Onusien mais aussi un agenda Algérien (faire perdurer le régime Syrien coute que coute car c’est l’un des derniers alliés de l’Etat Algérien (comprendre Armée Algérienne) dans la région). En attendant sache cher peuple Syrien  que mon soutien pour ta liberté est ferme nonobstant les enjeux géostratégiques de ceux qui savent, et sache surtout que lorsqu’un Algérien par la grande porte de l’Histoire viendra te conter fleurette (Ibrahimi), il y aura toujours envers et contre tout un autre Algérien qui par la petite porte de secours viendra à ta rescousse en témoin oculaire. Pour l’Histoire, car ta victoire est inéluctable.
Fodil Belhadj. Journaliste-Slameur  TAG. (Théâtre Algérien de Genève) (www.ttag-regaf.ch)
Regards Africains. 15,rue des Savoises. 1205 Genève.
022/ 800 14 84.
www.regaftv.ch

Lettre à l’armée algérienne

29 mai 2011

Article signé le 26 mars 2007, au lendemain de la première votation accordée aux ressortissants étrangers résidant à Genève depuis 10 ans.

Quinze ans après le coup d’état du 08 Janvier 1992, dont tu es responsable et coupable, j’ai pu enfin remettre un bulletin de vote dans l’urne d’une élection. En l’occurrence, celle de « ma » ville de Genève le 25 Mars 2007.
Responsable et coupable car jusqu’à preuve du contraire, cela a coûté au peuple Algérien près de 200 000 victimes de mort violente, de 13 à 20 000 disparus sans laisser d’adresse et bien entendu plus d’un million d’exilés forcés sous peine à leur tour de disparaître, selon qu’ils ne soient pas d’accord avec comment disais-tu déjà? Ah oui « L’arrêt du processus électoral » ! Quel joli vocabulaire que voilà disait mon père décédé le 31Janvier 2007, et que je n’ai plus jamais revu depuis ce jour du 3 Août 1993.
Ici en Europe enfin pas tout à fait, en Suisse exactement on appelle cela « Changer de peuple » et toi tu l’as dissous… le peuple, chère Armée Algérienne.
Je disais donc, que j’ai enfin pu me prononcer politiquement parlant à Genève, ma patrie d’adoption dont je connais depuis quinze ans tous les coins et les recoins à mesure que ma ville natale d’Oran se perd dans les dédales de ma mémoire et dont parait-il les mères pleurent silencieusement leurs enfants disséminés à travers le monde et plus jamais revenus.
Plus jamais revenu, pour ce qui me concerne, car hors de question d’avaliser ni de reconnaître en quoi que ce soit le fait accompli que tu as jeté à la face du peuple Algérien au mépris de son droit inaliénable, à se diriger lui-même par lui-même. Cela s’appelle l’autodétermination Chère Armée Algérienne. Algérienne. L’aurais-tu par je ne sais quel crime oublié ? Ah oui j’avais oublié que les Algériens s’étaient « trompés » en mandatant 188 députés du Front islamique du salut. Oui c’est vrai z’avaient qu’à pas voter pour de méchants islamistes, alors que toi tu es tellement, tellement sympathique. Chère Armée Algérienne. C’est tout ce que tu as trouvé comme argument spécieux, s’il en est, pour écraser ton propre peuple et rassurer « ta » communauté internationale…!
Sache donc grande muette puisque tu feins de ne point le comprendre, et à défaut de l’admettre, que démocratie signifie : Se soumettre au verdict des urnes. Elle n’a en aucun cas pour définition les écarts de conduite ou de langage que tout au plus elle tolère, et dont tu es si friande !
Mais puisque tu as pris cette responsabilité de réduire de petits-fils de révolutionnaires, lesquels par définition sont et resteront CITOYENS, en un troupeau de sujets et que tu as gravement confondu le peuple Algérien avec une garderie d’enfants, j’espère alors que tu assumeras donc le jour venu la culpabilité qui va naturellement et obligatoirement avec !
Quand en outre, je vois et constate que tu as privatisé l’Algérie toute entière au profit de quelques uns de tes officiers au mépris de la constitution, que tu maintiens les femmes Algériennes sous l’autorité d’un moyenâgeux code de la famille, et que par dessus le marché (si j’ose dire) il est désormais interdit à tout Algérien de se convertir à une autre religion (loi du 26 Mars 2006) que musulmane, à faire se retourner Saint-Augustin l’Algérien dans sa tombe – As-tu lu Les confessions du natif d’Hippone ? Chère Armée Algérienne ? Non bien-sûr que non ! Autant exiger d’un serial killer d’éprouver l’amour du prochain. Je me dis que le Front islamique du salut n’aurait jamais fait mieux… ou pire c’est selon. Mais dans un cas ou dans l’autre, lui au moins avait le mandat du peuple. Ce mandat que tu n’auras jamais très chère Armée Algérienne… Chère, pour ce que tu nous as coûté. Et ce qu’a coûté la guerre que tu as mené à ton propre peuple.
Quant à tes porte-parole derrière lesquels tu penses pouvoir cacher ton identité de meurtrière, sache qu’ils ne te protégeront pas indéfiniment. Car l’éternité est longue vois-tu ! Et pendant que tu passais tes nuits à réprimer, violer, kidnapper, et spolier. Je passais les miennes à noter scrupuleusement le Quoi, le Où, le Quand, le Qui, le Comment et surtout le Pourquoi ! En d’autres termes : la chronologie des faits.
Celle qui a vu notre peuple avancer lentement mais sûrement dans son processus d’émancipation et donc d’autodétermination, entamé un certain 5 Juillet – lorsque ta composante actuelle d’officiers supérieurs (oui mais supérieurs de quoi ?) s’était muée en résistante de la 25eme heure… – se poursuivre logiquement par une nationalisation des moyens de productions (richesses) pour enfin se parachever croyions-nous par un parlement libre et partant d’un gouvernement émanant de ce conseil du peuple. Avant que tu n’instaures l’état d’urgence en limogeant le peuple, sache très chère qu’il y’avait zéro mort. D’où la chronologie des faits qui commence donc un certain 8 Janvier et dont tu seras quoi qu’il arrive comptable car la justice est longue, lente, si lente à l’échelle d’une vie mais si inexorable pour la doctoresse Es dictature que d’aucun te reconnaissent bien volontiers.
Alors si la prédation et la rapacité qui te caractérisent à l’égard de ton peuple te permettaient ne serait-ce qu’un seul instant, à prendre un tout petit peu de hauteur, je t’invite à lire l’Histoire avec un grand H.
Tu verras que les peuples ne se confondent jamais avec leurs régimes, que lorsque une junte fait ce que tu as fait, elle sait déjà qu’elle ne dormira plus du sommeil du juste… Car ta fin est plus proche désormais que lointaine. C’est inéluctable ! « …Et ce jour là ! » disait Patrice Lumumba !

PS: A toi mon père Djamel, maintenant seulement tu peux reposer en paix!
Pardonne-moi de ne pas être revenu te donner la main à l’orée du profond sommeil. C’est de ta faute car tu m’as appris à mettre mes convictions au dessus de tout. Même de ma vie, même de ta mort.
Et qu’est-ce que le JOURNALISME si ce n’est la mise en pratique d’une conviction !
Alors va pour la rectitude dont tu as fait ta compagne de vie, et va pour cette fichue éducation dont je ne voulais pas car je savais déjà que ma sœur l’humanité était une rapace, mais que je me vois bien obligé à mon corps défendant de perpétuer.
J’écouterai désormais attentivement Léo Ferré…ton prophète ! Que je caricaturais et dédaignais, quand je te l’enlevais du radiocassette pour y mettre en lieu et place les Clash avec leur « assourdissant » « Should i stay or should i go ». Mais maintenant que je suis GO depuis si longtemps et que tu n’es plus là pour l’entendre, je peux enfin te l’accorder. Tu avais raison. »C’est extra »!

[youtube:http://youtu.be/bfHU1AKn8UA%5D

Mémorandum du CRAN suite au décès (un de plus) d’un requérant d’Asile Africain… Sous l’escorte de la police Suisse

2 avril 2010

Le récent décès d’un jeune requérant d’asile nigérian à l’aéroport de Zürich a remis à jour les méthodes et la culture institutionnelle des policiers suisses à l’encontre des ressortissants africains. Il ne s’agit pas d’un cas isolé. Plusieurs faits, la plupart passés inaperçus, contribuent à donner de la Suisse l’image d’un pays dont les structures non seulement policières, mais  aussi politiques et judiciaires sont gangrenées par le racisme, en particulier anti-Noir. Nous n’en citerons que quatre…

Lire la suite du mémorandum du CRAN – Carrefour de réflexion et d’action contre le racisme anti-noir, publié le 27 mars 2010. [pdf, 125 ko].

La guerre des mondes.

10 mars 2010

PRESSE-LIBRE

Des centaines d’Américains kidnapés de chez eux devant leurs femmes et enfants sous pretexte d’être de confession musulmane(quelques heures aprés l’attentat du 11 Septembre) dans un pays,une démocratie(sic) donc qui se faisait un plaisir de rappeller en temps et en heure que dans un Etat de droit, les arrestations policières ne se faisaient jamais de nuit(entre 00h- et 6h) et toujours avec un mandat légal délivré par un magistrat. Une démocratie qui veut bien et désire par dessus tout s’exporter pour le bien être des Irakiens et Afghans (le pétrole n’étant pour rien du tout dans l’affaire bien entendu) par le biais de tout un arsenal et mode d’emploi es- torture pour le simple plaisir d’humilier ces sauvages aux patronymes d’Abdel qui n’entendent rien à rien si ce n’est la langue de la force et du fait accompli quand il n’est pas avéré.

De grosses truies donnant l’impression physique d’avoir mangé l’afrique à elles toutes seules, signant des pétitions pour la libération de Bertrand Cantat(l’un des membres de Noir Désir, groupe de rock Français, ayant assassiné sa compagne la comédienne Marie Trintignant) tout en crachant sur la face de Joey Star(membre de Nique ta mère, collectif de Rap Français) pour avoir foutu une claque à une hotesse de l’air plus encline à servir des businessmen en classe affaire qu’à répondre aux doléeances d’une « gueule de cailloux » qui s’énerve vite et fort.

De petits et arrières petits fils de nazis(suffit de reprendre le patronyme et suivre l’arbre généalogique) voyant le nombre de la multitude leur échapper, voulant faire ami-ami avec des noirs et des arabes et montrer à quel point ils sont différents de leurs ancêtres et combien ils veulent le bien être de l’Afrique(Yo Lumumba! Retourne toi dans ta tombe….eh merde faut dire qu’il n’en a pas…. de tombe).

La Suisse ou il est plus grave d’être musulman(l’une des trois grandes religions monothéistes) que d’être adepte de l’ordre du temple solaire ou d’une quelconque secte d’illuminés notoires et bien connus des services de police mais jamais inquiétés pour cause de consanguinité nationale. La police puisqu’on en parle…Irlandaise pour le coup, mettant hors de nuire une demi douzaine d’islamistes présumés sur le point de s’en prendre à un caricaturiste ayant signé un papier représentant le prophète des musulmans en forme de…chien!(voir Tribune de Genève du 10/03/2010)  Un déscendant direct d’un grand peintre batave égorgé à Amsterdam par un musulman marocain pour avoir traité les musulmans de « baiseurs de chèvres » et monté un film ou le fascislamisme était l’ennemi à abattre. Le Nigeria, ou le nord se prénome désormais Islam et le sud Chrétien, ne se distingue plus que par ses massacres de masses. La France et son front national mimant l’extreme droite Suisse et son affiche de campagne nauséabonde avec en lieu et place du drapeau Suisse en danger d’islamisation celui de L’Algérie  en quête d’invasion pour ne pas dire de colonisation à rebours. Le premier ministre Italien décrétant la « superiorité de la civilisation occidentale » vis à vis de la musulmane…et quoi d’autre pardi!  Kadhafi(eh merde pas lui) déclarant à son tour la guerre sainte à la Suisse pour cause de maltraitance (non avérée encore) à l’encontre de son fils chéri par la police Genevoise. Molly Moore une journaliste du Washington Post qui découvre effarée que les prisons Françaises sont occupées à hauteur de 60 à 70% par des musulmans pour une population de la même confession représentant tout au plus 12% des Français(voir le courrier international No 914  du 7/05/ au 14/05/ 2008). Des imams de toutes les bourgades du moyen orient jusqu’au maghreb des mosquées « alternatives » à celles controlées par les Etats, appellant leurs fidèles au djihad. Oriana Fallaci(qu’allah t’accueille dans son vaste et improbable paradis) la journaliste Italienne qui écrit dans le Corriere Della Sera au lendemain du 11 Septembre,je cite » si elles(ndlr les femmes musulmanes) sont assez crétines pour accepter d’épouser un sale con qui veut quatre femmes pour lui tout seul,tant pis pour elles, Et si les hommes sont assez débiles pour accepter de ne boire ni bière ni vin, tant pis pour eux ».  Et pendant ce temps comme dirait l’autre, sous le coup d’une loi d’exeption  qui fait de tout ressortissant provenant d’un pays musulman un danger potentiel pour la Suisse(la votation sur les minarets de fin novembre 2009) en est la preuve flagrante, et ce quoi qu’en dise le conseil fédéral et ses conseillers en communication, les Abdel et consorts doivent savoir qu’ils n’ont pas encore fini de déguster la…. diversité..au chômage, le vivre ensemble tant qu’ils ne sortent pas la nuit… la tolérance… tant qu’ils raseront les murs… la Genève Internationale à condition d’accepter d’habiter la périphérie(le lignon et les avanchets voila votre destin) et les droits de l’homme pour peu qu’ils soient boudhistes. La guerre des mondes je vous dis et ils feignent de ne pas le voir à coup de « ce n’est pas cela l’Islam » si cher aux éditorialistes de la presse de masse. Il est vrai que l’Islam est une doctrine libertaire(sic) pronant la reponsabilité individuelle  et l’amour du prochain(re sic). demandez donc à l’empire Mandingue et plus généralement à l’Afrique pré-islamique et donc pré coloniale. Mais puisque ils ne veulent pas savoir que tout cela est une immense escroquerie, un avatar énième des croisades, revus et corrigés à l’aune de CNN et d’Al djazeera. Et laissons tomber les vrais débats, la nanotechnologie et ses applications, les familles monoparentales et leurs lots de misères en particulier pour les mères célibataires, la surveillance policière jusqu’à la vie privée, le racisme Anti-noir mis au rang de folklore en comparaison de l’islamophobie et de l’antisémitisme, la criminalisation des pauvres au lieu de s’attaquer à la pauvreté, le droit de vote et de citoyenneté  territoriale, l’accés à la culture et à l’éducation lorsque l’on a pas les moyens, le droit à la santé en tant que droit et non en tant que client, l’évolution des médias(4eme pouvoir ou 5eme colonne?), les conditions de vie ou de..mort des Palestiniens, l’école ici à Genève, en Suisse ou ailleurs(formation de futurs citoyens, ou conditionement de futurs managers et responsables de ressources humaines dont on a vu les dégats humains causés chez France Télécom)….Mais puisqu’ils ne veulent pas savoir puisque ils ne veulent pas débattre. laissons leur le « choc des civilisations »  si mal nommé , ils le veulent bien. Et  vive la guerre des mondes! Rira bien qui rira le dernier.    Fodil Belhadj.

No smoking

African News: Dossier Françafrique: Algérie.

16 décembre 2009

REPERES: République Algérienne démocratique et populaire.

Evian, 1962, la délégation algérienne

CAPITALE: Alger. Superficie: 2 381 741 km2. Population: 32 160 000 hab. Langues: Arabe(officiel). Tamazight(langue nationale depuis le 8 avril 2002). Français(2em pays francophone au monde). Monnaie: dinar.  Nature de l’Etat: République unitaire, l’Islam est religion d’Etat. Nature du régime: présidentiel, l’armée et les services de renseignements(DRS) jouent un rôle prépondérant. Chef de l’Etat: Abdelaziz Bouteflika, depuis le 15 avril 1999. PIB/Hab(produit interieur brut par habitant): 5900 dollars.  IDH(indice de développement humain): 0, 704. (108e).

IMPORTANT: Seul Etat Africain à posséder sur un sol étranger, en l’occurence la France, un important contingent policier chargé de renseignement et d’infiltration.

Au jour de l’indépendance Algérienne, le 5 juillet 1962, le pouvoir politique était encore entre les mains du GPRA(gouvernement provisoire de la république Algérienne) composé de politiques et d’intellectuels(dont Frantz Fanon) chargé notamment de négocier auprés du gouvernement colonial les accords d’Evian( sous les auspices de la Suisse) débouchant sur la déclaration de cessez- le – feu en premier lieu le 19 mars 1962, puis sur le principe d’un référendum aboutissant à l’indépendance de L’Algérie en date du 3 juillet 1962(le 5 juillet étant la date symbolique choisie afin de coincider avec le 5 juillet 1830 qui a vu l’armés française débarquer sur les plages de sidi-fredj).

Rapidement le pouvoir se trouve de fait confisqué par deux entités parfois concurrentes, souvent complémentaires: la Sécurité militaire(SM, puis DRS au lendemain des manifestations d’octobre 1988 ayant conduit au multipartisme) et une junte d’officiers connue sous la dénomination d’armée des frontières( ou le clan d’Oujda). Depuis lors et aprés avoir éliminé  le GPRA, les deux entités opaques contrôlent en sous main, avec souvent un alibi civil, le pays  avant de prendre le pouvoir par un coup de force en 1992 suite à la victoire électorale du Front Islamique du Salut lors des législatives du 26 décembre 1991.


La parenthèse funeste qui s’ouvre alors verra l’Algérie sombrer dans une guerre civile que les Algériens  qualifieront de  « guerre contre les civils » qui fera prés de 200 000 morts et de 13 à 20 000 disparus sans compter les innombrables torturés. Vérrouillant le système politique et social afin de préserver un Etat organisé autour des commissions et rétrocommissions prélevées sur les contrats relevant du commerce extérieur(avec la complicité de la France, premier partenaire économique) la junte militaire ne recule devant rien pour faire régner la terreur, et  taire les revendications  citoyennes de la societé civile Algérienne, extremement dynamique et organisée autour d’un noyeau d’associations, syndicats libres segmentés en organisations professionelles sectorielles, universitaires et corps enseignants et dernierement l’apparition d’une scène Hip Hop(rapeurs, slameurs) revendicatrice et trés agressive, sans compter les journalistes et la presse Algérienne ayant fini de payer la liberté d’expression au prix du sang versé durant la décenie passée. Cette junte  militaire mafieuse n’hésite pas à instrumentaliser la violence à son profit en infiltrant des Groupes islamiques armés et fonde même des vrais-faux GIA (comme cela s’est avéré avec l’affaire des moines de Tiberhine en 1996 et dans certains meurtres de journalistes attribués aux islamistes) afin de continuer à bénéficier du soutien français et plus récement américain dans sa « lutte » contre le « terrorisme ».

La manipulation de la violence islamiste n’a pa échappé au services secrets français  qui ont informé en temps réels leurs autorités politiques mais ces dernieres tout comme la DST  sont beaucoup trop liées  au régime Algérien pour pouvoir se permettre un quelconque écart de la ligne suivie depuis des lustres ni une distanciation vis à vis de l’Etat Nord Africain qui lui est devenu utile voire indispensable dans sa propre lutte contre l’islamisme ainsi que la problématique migratoire.

C’est ainsi en France que sont annihilés les efforts de mise en place de commissions d’enquêtes internationales sur les manipualtions de la violence par le pouvoir Algérien, et ce aprés infiltrations et détournements de comités de soutien à la démocratie en Algérie, accusations malveillantes et culture de l’opprobre envers d’ex reponsables politiques Algériens pourtant connus pour leur rectitude et intègrité. Jack Lang lui même a conclu aprés un voyage à Alger que de telles commissions d’enquêtes chargées de faire la lumière sur de probables manipulations de la violence étaient inutiles.

Par ailleurs, Bouteflika devant l’inquiétude palpable de la hiérarchie militaire  qui l’a ramené au pouvoir en 1999 s’est « obligé » à conclure un accord (fin 2003) lequel s’est materialisé par une loi d’amnistie générale (ordonnance numero 06-01 de 2006, art 44,45,46) laquelle accorde l’impunité aux auteurs d’exécutions illégales, de disparitions forcées, d’actes de torture et de mauvais traitements commis durant le conflit armé durant les années 1990.

La France continuant pour ainsi dire à soutenir un régime « démocratique » dont les points cardinaux sont la corruption érigée en système, la fraude éléctorale comme méthode de gouvernance et un appareil répressif  trés « sophistiqué » en guise de réponse aux revendications sociales et politiques. Cette même France sachant mais n’osant pas s’attaquer aux dérives mafieuses d’un régime, lesquelles il est vrai profitent à des bénéficiaires « souterrains » et « anonymes » célèbres, à Alger et à Paris.  Fodil Belhadj.

SOURCES:  Regards Africains été-automne 2003. no 49. Regaf  l’agenda-avril 2004(no 111).

Algéria Watch(www.algeria-watch.org)

Françalgérie, crimes et mensonges d’Etat. L. Aggoun, J-B Rivoire. Ed. la découverte, 2004.

Les dictateurs amis de la france!?(www.survie-france.org)

L’Altermondialisme, l’Afrique et les Africains. (L’Avis non autorisé d’un damné de la terre. Version Algérienne)

20 novembre 2009

C’est (re)parti ! Après les « lendemains qui chantent » et « l’avenir radieux » si chers à ceux qui nous voulaient du bien  malgré nous. Voila les nouveaux chantres d’un « autre monde est possible », version nouveau siècle qui depuis quelques années s’échinent à travers les ONG et autres mouvements du tissu associatif à trouver de nouvelles pistes pour un développement « durable » et « pour tous ».

Malheureusement l’esprit de Porto-Alegre (ville-laboratoire de la démocratie participative d’où est parti l’altermondialisme tel qu’on le connait actuellement) n’y a pas survécu.  La démocratie participative, la taxation des transactions financières et la solidarité active avec les forces vives et les sociétés civiles des pays sous l’emprise conjointe du FMI et de gouvernements dictatoriaux, ont laissé place aux marchepieds des ambitions personnelles, à  la célébrité médiatique et à la concurrence des égos.

Pourtant, lors des premiers forums tenus à Porto-Alegre, de nombreuses pistes et alternatives de gouvernances ont été ébauchées telles que l’idée d’un parlement  international  des citoyens, la notion de dette écologique, l’assouplissement ciblé du droit de propriété intellectuelle ainsi que le concept  révolutionnaire de « décroissance », unique moyen s’il en est de sortir du gouffre tout en nivelant par le bas (subjectivement parlant) le standing de vie des Luxembourgeois et autres citoyens du Liechtenstein ou des improbables sultanat(s) du Brunei, du Qatar ou des Émirats Arabes Unis par exemple. Aussi, le damné de la terre, tel que me qualifia prophétiquement feu Frantz Fanon, soumet à ses lecteurs une série de propositions compatibles avec les réalités du continent noir et applicables en toute urgence pour peu que la volonté politique (extérieure) suive, ce qui est bien entendu une autre histoire.

1) LA GUERRE  AU  COMMERCE  DES  ARMES : Les membres permanents du Conseil de sécurité de L’ONU (USA, Chine, Grande-Bretagne, Russie, France) sont aussi (c’est drôle) les principaux vendeurs d’armes de par le monde. Et ce malgré les habituelles campagnes internationales de sensibilisation à la lutte contre ce fléau entreprises par maintes ONG telle qu’Amnesty International. Il est à relever  aussi, l’inlassable travail de la Fondation ARIAS (Oscar Arias, ancien président du Costa Rica 1)  qui propose la signature d’un traité international qui établirait un lien entre le droit international et le commerce des armes, faisant ressortir ainsi, naturellement, les États « délinquants » grâce à un ensemble de mécanismes empêchant un pays, quel qu’il soit, de passer inaperçu dans un secteur d’activité qui comme chacun le sait,  ne brille pas par sa publicité.

2) IMPOSER LA DÉMOCRATIE PARTICIPATIVE :   Une forme d’éducation à la politique et à la citoyenneté par le fait. Concrètement cela consiste en l’implication des citoyens dans les prises de décisions quant à ce qui les concerne directement. Exemple : l’expérience du budget participatif de Porto-Alegre (Brésil) incluant les besoins des populations au premier chef . Ou plus prosaïquement l’assemblée de villages « Arouch » en Kabylie (Algérie) et autres assemblées de « sages » dites  traditionnelles en Afrique subsaharienne, et qui peuvent être revivifiées dans le cadre participatif  d’une gestion des affaires de la cité. En outre, cela  serait d’autant plus aisé étant donnée qu’historiquement et sociologiquement, ces populations ont toujours rejeté peu ou prou  l’ingérence des pouvoirs centralisés.

3) LA DETTE ÉCOLOGIQUE : Inestimable car inquantifiable, cette dette (néanmoins véritable) peut se mesurer par les flux des ressources des pays pauvres (fuites de capitaux, de main d’œuvres et de cerveaux) vers les pays riches. Elle peut se mesurer aussi par les prix inférieurs aux coûts de productions, imposés  par la loi… du marché aux producteurs des pays pauvres, sur des matières premières pourtant indispensables à l’économie… de marché.

4) LE TOURISME ET COMMERCE ÉQUITABLE : D’aucuns savent qu’au jour d’aujourd’hui, le Batave (le Néerlandais) ne va pas en Thaïlande pour apprécier l’air vivifiant de Bangkok, ni au Maroc pour soutenir (sic) les enfants miséreux de Tanger. Or, un tourisme équitable passe par le respect des populations autochtones et de leurs modes de vies, à fortiori lorsqu’elles ne bénéficient pas des protections légales élémentaires censées leur être assurées par leurs propres gouvernements.

Le tourisme équitable induit par définition aussi, l’avènement de la liberté de circulation en tant que droit inaliénable  à la condition d’être humain. Ainsi les populations du Sud doivent pouvoir nonobstant leur position sociale, voyager au même titre que leurs homologues du Nord, ce qui ne revient pas à reconnaître (la nuance est de taille) un »droit à l’invasion » (liberté d’installation).

Quant à l’objectif du commerce équitable, il consiste à rétribuer les producteurs du Sud de façon à ce qu’ils ne soient plus condamnés à vendre à des prix inférieurs au seuil de  rentabilité. Dans les faits cela veut dire : limiter les intermédiaires avant l’arrivée du produit au palais du consommateur tout en changeant les rapports contractuels déséquilibrés sévissant dans les organismes de négociations commerciales tels que la funeste OMC.

5) APPROPRIATION DES RICHESSES (MOYENS DE PRODUCTION) :  Si « la propriété: c’est le vol » tel que le professait Proudhon (Pierre Joseph, 1809-1865) il n’y a donc pas de raison de ne pas se l’approprier (la propriété) collectivement. Ainsi  a-t-on vu au Brésil et en Argentine, suite aux graves crises socio-économiques des années 90 du siècle dernier, les salariés licenciés reprendre en coopératives des entreprises en faillite. La plupart ont essuyé des échecs, mais quelques coopératives « recuperadas » 2   ont permis à leurs employés de garder leurs emplois et leurs revenus, et pour d’autres de redevenir bénéficiaires.

6) LE DROIT D’ASILE POUR LES PERSÉCUTÉS DU SUD ET DE VRAIS DROITS POUR LES ÉTRANGERS : Aujourd’hui, en 2009, les Africains du Nord et subsahariens payent le prix fort d’indépendances confisquées et devenues factices et des guerres civiles savamment entretenues, qui se succèdent depuis lors.

Il est donc moralement et éthiquement inacceptable de continuer à voir des êtres humains criminalisés administrativement par leurs passeports et à peine tolérés socialement. Car, et en laissant de côté cette fois l’aspect moral, il est urgent, voire vital, pour ces « sans droits » de passer par un activisme politique seul à même de leur reconnaître un statut de réfugié (pourtant garanti par les textes de lois de tous les pays signataires de la convention de protection des réfugiés, mais non appliqués). A ce titre l’on voit mal qui, en dehors des ressortissants des pays Africains, en sus de certaines populations provenant de pays d’Asie, pourraient bénéficier de nos jours de la notion de « protection et assistance » inhérente  à l’asile politique en tant que droit. De façon plus générale, les étrangers devront pouvoir jouir à terme des mêmes droits, sur le même sol, nonobstant la qualité néo-aristocratique du ressortissant de « souche », sachant qu’historiquement les pays dits riches se sont fait autant comme tels, si ce n’est plus, grâce à l’ étranger que par les mérites des gens du terroir. Ainsi, le droit de vote et d’éligibilité des étrangers aux consultations locales (communales) est l’un des buts à atteindre le plus vite possible afin de ne pas laisser ces populations remplir le rôle de bouc émissaire si cher à l’extrême droite et les livrer ainsi au lynchage médiatique et par conséquent à la vindicte populaire, comme cela s’est avéré au passé simple et au passé présent. Faire en sorte donc, que ces êtres humains venus d’ailleurs, puissent être autant courtisés par les professionnels de la chasse aux voix électorales, en tant que résidents aux même titre que la population autochtone. Ni plus ni moins.

7) LE DROIT AU COPYLEFT ET AUX LOGICIELS LIBRES :   Littéralement (et sans rire) cela veut dire « gauche d’auteur », un jeu de mots faisant le parallèle avec le « droit(e) d’auteur » (en anglais, « copyright »).

Plus généralement la notion d’échange de savoir, sans nécessairement une contrepartie, quelle qu’elle soit. Ainsi déjà présent ou en avance sur la révolution annoncée, l’exemple des systèmes d’exploitations, de logiciels et de progiciels libres. Exemple : Linux, un des concurrents (à usage gratuit) de Windows. La notion de gratuité s’accommode fort mal des impératifs  de la compétition nécessaire aux marchandisés (exploités) et aux marchandiseurs (sic) (hommes d’affaires). Par contre l’environnement et les conditions économiques prévalant en Afrique se prêtent  naturellement au volontarisme tel que prôné par Linux. Justement, sur ce point précis des nouvelles technologies en guise de réponse à la « fracture numérique ». Laquelle ne pourra que se résorber si on le voulait vraiment et à condition de sortir de la logique de « loi du marché ».

Par ailleurs et dans un domaine plus vital, il est à encourager le recours à la copie (générique) des médicaments de première nécessité tels que les traitements contre le HIV, l’exemple  récent de l’Afrique du Sud démontrant la faisabilité de la chose.

8) LE DROIT AU LOGEMENT ET L’ÉMANCIPATION PAR UNE LIBRE ASSOCIATION : Raisonnablement, le droit à pouvoir se loger. A l’initiative originelle du réseau NO VOX (regroupant des associations actives comme le Droit Au Logement – DAL –  en France, ou le MNL Brésilien) militant pour un droit au logement comme principe constitutionnel. Les occupations de friches industrielles et autres terrains désaffectés mais habitables doivent pouvoir s’opérer en Afrique, sans les systématiques recours à la répression à l’ encontre des populations par les régimes en place. Comme reste à encourager le tissu associatif  Africain extrêmement dynamique, et l’un des rares aspects positifs de la démocratisation des sociétés depuis une décade. Composé de femmes et d’hommes (agriculteurs spoliés, anciens opposants, familles monoparentales matriarcales, jeunes chômeurs bardés de diplômes inutiles) qui ont trouvé par ce biais un moyen de prendre en main leurs vies et d’avoir une chance d’arriver à une maitrise relative et progressive de leurs conditions d’existence. Et c’est par ce biais aussi que les diasporas Africaines (en premier lieu) et la communauté internationale peuvent venir en aide de façon plus efficiente, à tout le moins, et donner corps à la solidarité entre les peuples.

9) SUPPRESSION DES SUBVENTIONS  AGRICOLES  DANS LES PAYS RICHES (CONCURRENCE POUR TOUS OU SUBVENTIONS POUR SOI, IL FAUT CHOISIR) : En septembre 2003 lors du sommet de  L’ OMC à Cancun, au Mexique, quatre pays émergents devenus de nos jours de véritables moyennes puissances (Brésil, Inde, Chine, Afrique du Sud) ont entrepris conjointement des démarches officielles au nom de 17 autres pays du Sud, demandant la suppression des subventions automatiques accordées par les pays industrialisés à leurs secteurs agricoles (1 milliard de dollars par jour en 2003). Problème : cette prise en charge bloque techniquement et pratiquement l’accès des produits des pays Africains aux marchés internationaux. En outre, dans beaucoup de cas, les paysans du Sud font l’objet d’un dumping dans leurs exportations agricoles tel que l’a dénoncé et continue de la faire inlassablement l’organisation OXFAM (www.oxfam.org). Localement et plus proche de nous, le combat de la Confédération paysanne (France) est à soutenir, car celle-ci a adopté dans sa charte et dans ses actes le principe d’une agriculture non intensive dans les pays riches tout en réduisant le pouvoir des entreprises tentaculaires dans le domaine de l’agroalimentaire. De plus, l’effet ricochet d’une telle politique agricole prônée par les pays riches aura fatalement comme conséquence, à terme, la généralisation en Afrique des produits OGM, comme cela se voit déjà au Burkina-Faso. L’ argument spécieux de « lutte contre la famine »,  avancé notamment par les USA, est-il recevable ne serait-ce qu’au niveau de la formulation ? Et les brillantissimes (sic) dirigeants Africains sont-ils vraiment conscients de l’enjeu ? Ces questions n’auront peut-être pas de réponses de si tôt, mais elles méritent d’être posées aux premiers concernés.

10) TAXATION DES TRANSACTIONS FINANCIÈRES : Symbole et élément déclencheurs de la lutte altermondialiste débouchant sur la création d’ATTAC en 1997 (Association pour la taxation des transactions financières pour l’aide aux citoyens). À l ‘origine, une idée, celle de James Tobin (professeur d’économie à l’ université de Yale, Usa) qui propose en 1972 de prélever sur chaque transaction opérée dans le cadre du marché de change (achat ou vente de monnaie étrangère) une commission de l’ordre de 0,1 %. D’autres ONG militent pour une taxation des ventes d’armes et pour que les pays les plus riches consacrent 1% de leur PIB à l’aide au développement. L’aléa pour la taxe Tobin, c’est qu’elle pénalise les spéculateurs qui « transac » plusieurs fois par jour d’énormes quantités de devises et dont les activités représentent 98% des 1500 milliards jour qui circulent chaque jour dans le monde (chiffres 2003).  L’ idée a donc été enterrée pour des raisons évidentes de collusion politico-financière et reprise puis remise au goût du jour à la fin du siècle précédent dans le cadre de la problématique Nord-Sud. Autre difficulté, James Tobin lui-même avoue sa réserve (depuis que sa proposition a été réactualisée) sur l’application concrète de ladite taxe.

11) ANNULER LA DETTE PRÉSUMÉE DE L’AFRIQUE :  Le problème de la « fameuse dette » réside essentiellement dans les taux d’intérêts prohibitifs conditionnant les emprunts accordés par les pays riches, entraînant mécaniquement (aidés en cela par la gabegie régnant dans pléthore d’exécutifs Africains) les États emprunteurs dans une spirale de surendettement et les populations dans une paupérisation galopante. Le fameux groupe des huit pays les plus riches du monde par l’intermédiaire de ses organismes financiers (FMI, Banque mondiale) fait tout ce qu’il ne faut pas afin d’alléger le poids de la dette. Ainsi a-t-on vu qu’il n’a accordé par exemple à la fin 2003 que 39 des 850 millions de dollars d’aménagement de la dette promis pourtant dans un accord précédemment conclu.

Par ailleurs, l’idée de la transformation de la dette en micro-crédits accordés directement aux populations (via un mécanisme qui reste à inventer) en vue de leur émancipation, est à développer. Dans le même ordre d’idées, la doléance de l’ économiste Argentin Enrique Arceo, concernant un moratoire sur la mise en faillite des États endettés et la création d’un organisme d’arbitrage adossé à l’ONU mérite le détour.

Oui mais… au delà des discours officiels affichant une pause de compassion, laissant entendre un règlement prochain du problème, un constat limpide s’impose depuis des lustres. D’un côté, des remises généreuses (sic) sur la dette telle que celle du G8 citée plus haut. Et de l’autre, la bride sur le cou des pays récalcitrants ou politiquement un peu trop indépendants  aux yeux du sacro-saint ethnocentrisme érigé en système de valeur. Une véritable stratégie de politique étrangère en somme.

CONCLUSION :  Réalpolitik, cynisme, soumission aux rapports de forces, diplomatie officielle et une autre parallèle, réseaux mafieux se drapant dans les habits de moines soldats et inoffensifs, charité en lieu et place d’une solidarité active, brutalités policières et militaires à l’encontre de populations désarmées, captation de richesses indues entre les mains de quelques familles sont les ingrédients aboutissant à la situation aussi absurde que douloureuse dans laquelle se retrouvent les pays « du Sud », intrinsèquement les plus riches du monde.

En guise de boutade utopique (mais l’utopie a du bon quand il n’y plus rien que le néant) le damné de la terre d’Algérie (tiens donc voila une utopie qui s’est réalisée car qui l’eut cru en 1954) propose dans le cas d’un maintien irréversible de la charge de la dette, de séparer les entités morales que sont les États, des personnes physiques telles que sont certaines oligarchies au pouvoir dans les pays Africains. Ainsi, les créanciers des pays riches recouvriraient par voie de poursuites ordinaires les sommes (faramineuses certes) accordées aux familles régnantes en Afrique et préserveraient, de ce fait, des populations déjà exsangues, d’avoir à régler une facture beaucoup trop salée et totalement injustifiée.  Chiche? A bon entendeur.

Fodil Belhadj.

NDLR: 1) Le Costa Rica, pays entouré d’Etats voisins ayant été en guerre civile (Salvador, Nicaragua) ne possède pas d’ Armée constituée et par conséquent l’un des rares pays de la région à ne pas avoir été en état de guerre.  2)  » Recuperadas » : Entreprises en faillite, récupérées par les salariés sous une forme d’association commerciale collective(coopérative).

Affiche de Rob Blomjous, 1977

 

Capoiera del Bruto

9 novembre 2009

Inspiré du concept Afro-Bresilien mélant danse aérienne et combat dans le sens noble du terme. El bruto est depuis des années une référence de la Capoiera à Genève. (voir info sur liens mis à disposition).

African News

22 octobre 2009

GUINÊE:  Suite à la décision du secrétaire général  de l’ ONU, Ban Ki moon de créer une commission d’enquête internationale  en date du Vendredi 16 Octobre, relative à la répression sanglante par les forces de sécurité de la manifestation pacifique  de l’opposition le 28 Septembre dernier. Conakry a vu arriver  dimanche 18 octobre  M. Hailé Menkerios,  secrétaire général  adjoint en charge des affaires politiques.  En effet, selon sa porte- parole  » M. Ban Ki moon a décidé de créer une commission d’enquête internationale afin de mener des investigations et de déterminer la responsabilité des personnes impliquées » .  L’envoyé spécial de l’ ONU  devait rencontrer en premier lieu le premier ministre Kabiné Komara  puis les dirigeants de l’ opposition pour enfin conclure sa visite par un tête à tête  avec le chef de la junte  militaire, le capitaine Moussa Dadis Camara. Ce dernier reconnait  le nombre de 56 civils tués et 934 bléssés alors que l’organisation Guinéenne de défense des droits de l’Homme  estime que le nombre est de 157 tués et  de 1200 blessés parmi lesquels, de nombreuses femmes violées en public.  Â cet échange de comptabilité macabre  l’ONU  évoque pour sa part, un bilan de « plus de 150 morts » .        

RWANDA et RDC:  Le  maire de Genève, Remy Pagani  s’est  envolé  mardi pour un périple de  trois jours en Afrique Centrale  afin de « défendre  le respect des droits de l’homme » (sic).  Il devait  se rendre dans ce cadre, entre mercredi et demain vendredi 23 octobre dans les villes de Kigali, au Rwanda, ainsi qu’ à Goma et Bukavu , aux Kivus (République démocratique  du Congo). Des rencontres sont  agendées à cet effet  avec les maires des villes citées plus haut, ainsi qu’avec les représentants des associations  actives  dans la défense des droits humains.

 PS:  Yo Remy ( sans famille)  auras- tu  l’ amabilité  d’informer tes  hôtes, qu’à Genève, la droite extrême a bel et bien fini par rejoindre puis de doubler   l’extrême droite au Grand Conseil ( parlement de Genève) ?  Histoire de « défendre le respect des droits de l’homme » ( re-sic)  en l’appliquant à toi même !

 (Regard Africain.wordpress.com)  vous contera dans ses prochaines  moutures  l’histoire du Mouvement Blochérien Genevois (si si ! c’était le nom officiel et originel du M C G ).

Mali:  Les Etats-Unis  ont entamé cette semaine la livraison de materiel et équipements militaires au gouvernement Malien pour une valeur totale de 4,5 millions de Dollars US.  Washington  affirme vouloir aider Bamako  à combattre  les groupes islamistes armés dans le Sahara et les zones sahéliennes, essentiellement au Mali et en Mauritanie.

Tunisie: Le principal parti d’opposition Tunisien, le Parti démocratique progressiste- PDP-  a décidé le dimanche 11 octobre de boycotter les éléctions législatives  de dimanches prochain le 25 octobre. Cette décision fait suite au retrait du candidat du parti en question à  la présidentielle prévue à la même date .  Rédaction (Regard Africain.wordpress.com) Sources: Agence télégraphique Suisse, Le Courrier de GE.